Tư bản XHCN (giả cầy/ba rọi) của Tàu thôi đầu tư các thương hiệu và lâu đài sản xuất rượu nho(vùng Bordeaux)của Pháp/Dans le vignoble bordelais, c’est la fin de l’âge d’or des investisseurs chinois

COURRIER INTERNATIONAL

Vu des États-Unis. 

Dans le vignoble bordelais, c’est la fin de l’âge d’or des investisseurs chinois

Bloomberg.com

Traduit de l’anglais

Après une décennie de rachats frénétiques de domaines bordelais, les investisseurs chinois rebroussent chemin. Le tour de vis des autorités chinoises contre les sorties de capitaux y est pour beaucoup. Mais aussi le choc des cultures avec les employés français, analyse “Bloomberg”.Partager

Posé en bordure de l’estuaire de la Gironde, dans le sud-ouest de la France, le château (ou chartreuse, localement) rose de Loudenne, est situé au cœur de 48 hectares de vignes dévalant vers le fleuve. Il y a peu, sur la terrasse ouvrant sur la baie, on voyait encore flotter en haut d’un mât l’étendard de son ancien propriétaire – la plus grosse entreprise de Chine continentale [à capitaux majoritairement publics] cotée en Bourse.

Le groupe Kweichow Moutai a acquis cette propriété du XVIIe siècle en 2013 afin de produire du vin à destination de la classe moyenne émergente chinoise. Son incapacité à tenir ses engagements a toutefois précipité la faillite du vignoble, qui a été revendu en mars dernier à une entité française. Aujourd’hui, les nouveaux propriétaires tournent la page sur la décennie perdue de Loudenne, où il ne reste pratiquement plus aucun souvenir de l’ancien maître des lieux, à l’exception d’une bouteille de baijiu, l’alcool blanc de prédilection des Chinois, exposée dans l’un des salons.

“Ils n’ont pas su développer l’activité vin, explique Philippe de Poyferré, directeur général du domaine. Pour eux, cela n’avait plus aucun sens de continuer à exploiter Loudenne.”

La mésaventure de Moutai à Loudenne n’est que l’un des nombreux exemples des espoirs déçus des investisseurs chinois, qui, ces dix dernières années, ont engagé des millions de dollars dans des vignobles français, alléchés par des réussites comme celles de Jack Ma, patron du géant chinois du commerce électronique Alibaba, et l’actrice Zhao Wei, vedette du cinéma chinois. Pour ces nouveaux riches chinois, entrer dans le cercle des grandes fortunes venues des États-Unis, du Royaume-Uni et d’ailleurs pour racheter des vignobles du Bordelais constituait le symbole suprême de la réussite sociale.

Frein sur l’expansion des Chinois à l’étranger

Or un faisceau de circonstances défavorables – la campagne des autorités de Pékin contre les dépenses ostentatoires et les sorties de capitaux, la pandémie et le choc des cultures avec les employés français – leur a barré la route de la réussite. Alors qu’ils avaient été pendant dix ans les premiers investisseurs étrangers du marché, ils sont actuellement en train de disparaître rapidement du paysage. La société de conseil en investissement Vineyards-Bordeaux, une filiale de Christie’s International Real Estate, qui a vendu 13 domaines au cours des quatorze derniers mois, n’a reçu aucune offre d’acquéreurs chinois.

Ce retrait est emblématique d’une tendance plus générale qui voit les entrepreneurs chinois renoncer à d’ambitieux projets d’expansion à l’étranger dans un vaste éventail de secteurs, des produits de luxe jusqu’à l’assurance. Depuis quelques années, la Chine surveille en effet de plus près les dépenses d’acquisition de ses plus gros groupes, tels que HNA Group Co. et Fosun International Inc., qui s’étaient adjugé des actifs à valeur de trophées, comme le Milan AC et le Club Med. Les responsables politiques chinois, soucieux de renforcer le yuan, s’emploient également à contrôler plus strictement les dépenses chinoises à l’étranger.

De plus en plus d’hommes d’affaires chinois qui ont investi dans des domaines viticoles français cherchent aujourd’hui désespérément à se désengager. Beaucoup ont essuyé des échecs bien plus cuisants que Moutai à Loudenne. Au château de Grand Branet, une propriété appartenant au conglomérat chinois Dalian Haichang Group Co., un cadenas et une chaîne rouillés sur le portail d’entrée et des volets fermés sont des signes qui ne trompent pas : le lieu est totalement à l’abandon. Moutai et Haichang n’ont pas souhaité s’exprimer sur leur expérience viticole française.

Plus de 100 châteaux acquis par les Chinois dans le Bordelais

Publié par Jean-Pierre Stahl 

Avec Château Renon en AOC Cadillac, le nombre de propriétés viticoles achetées par les Chinois a dépassé le nombre symbolique de 100 châteaux. Le mouvement se poursuit avec Li Lijuan agent immobilier chinoise installée dans le Bordelais.

Li Lijuan, agent immobilier, devant château Renon © Jean-Pierre Stahl

Li Lijuan, c’est cette petite chinoise, qui a réussi à se faire une grande place à Bordeaux. Chanteuse, ancienne étudiante à l’Inseec, parlant 5 langues couramment, elle est aujourd’hui une pièce maîtresse chez Maxwell-Story-Baynes, en tant qu’agent immobilier, dont la carte de visite en jette estampillée aussi Christie’s. Elle fait visiter les propriétés en vente, négocie, et est joignable quasiment de jour comme de nuit par ses compatriotes de Chine avec son téléphone portable à portée de main. C’est elle qui est à la conclusion de plusieurs propriétés dont Renon, une bâtisse du XVIIe siècle à Tabanac en AOC Cadillac, vendue par la famille Belliard fin décembre 2014.

Château Lezongars acquis en 2011 dans l’Entre-Deux-Mers © JPS

En cette période de Nouvel An Chinois, et avec les événements récents en France, les propriétaires ou managers chinois actuellement à Bordeaux sont peu nombreux. Li Lijuan me présente toutefois Lu Yankunjeune cadre du groupe de distribution chinois Dashang.
C’est lui le manager du château Lezongars à Villenave-de-Rions
 à 25 km de Bordeaux. Une propriété de 40 ha achetée en 2011 en Côtes de Bordeaux. C’est un château construit sous Napoléon Ier par un ancien négociant de Bordeaux, Pierre Ladurantie. Un château qui a une véritable histoire, outre le négociant très connu à Bordeaux au XIXe, il effleure aussi l’histoire napoléonienne, et ça les Chinois en sont friands…

On a investi dans ce château tout d’abord pour son histoire, mais aussi pour la qualité de son vin et enfin pour un très bon rapport qualité prix pour notre groupe, » Lu Yankun directeur du château Lezongars.

Jusqu’ici les châteaux achetés valent quelques millions ou dizaines de millions d’euros. Les plus chers, beaux et prestigieux sont sans doute Bellefont-Belcier, cru classé de Saint-Emilion, château La Rivière en AOC Fronsac ou encore le château du Grand Mouëys à Capian.

Les acquéreurs sont des patrons grands groupes ou encore cette actrice chinoise Zhao Wei, intronsiée par la Jurade de Saint-Emilion en 2012, peu de temps après l’achat de château Monlot. C’est comme une « danseuse », il s’achètent ici une histoire, un bout de patrimoine de France, qu’ils ne vont pas rapporter en Chine mais dont il vont utiliser le nom ou la marque, et commercialiser les vins bien sûr en Asie.

Il y a aussi  ce milliardaire de Hong-Kong qui s’est offert le château Mylord à Grézillac dans l’Entre-Deux-Mers que nous montre encore Li Lijuan: on aime bien la « french style’s life » et la culture française. Ce Hong-Kongais possède 10000 bouteilles de grands crus classés, là il voulait passer au stade supérieur: s’offrir le château.

Li Lijuan devant le château Mylord vendu à un milliardaire de Hong-Kong © Jean-Pierre Stahl

Li Lijuan devant le château Mylord vendu à un milliardaire de Hong-Kong © Jean-Pierre Stahl

Acheter un vignoble, c’est pas cher…Pour 4 millions d’euros, tu peux avoir un domaine, alors qu’à Hong-Kong tu peux à peine espérer un petit appartement dans le Central de Hong-Kong », Li Lijuan agent immobilier chez Maxwell, Storrie, Baynes.

Les Chinois au début ont été charmés par des châteaux aux allures de contes de fée: ainsi avec Latour-Laguens à Saint-Martin-du-Puy. Des châteaux aussi avec tourelles comme Lagarosse ou encore les tours de Branda… Il faut que cela ressemble à un vrai château et pas ces maisons ou girondines qu’on appelle château dans la région de Bordeaux car devant ces bâtissent ils ne comprennent pas.

Jean-Baptiste Soula, régisseur du château Latour-Laguens © JPS

Si le château porte un nom évocateur comme Richelieu en AOC Fronsac, ou rappelle de plus grands châteaux, c’est tant mieux: ainsi de Latour…Laguens, Lafitte…Chenu, ils ont failli acheter Laffite…Laguens mais ce sont au final les frères Bonhur qui ont fait l’affaire.

C’est en 2008 que Daisy Cheng est tombée amoureuse de Latour-Laguens. Un vrai coup de foudre pour ce petit château un peu paumé mais qui dégage quelque chose. C’est Jean-Baptiste Soula, le régisseur, qui nous fait revisiter ce domaine où nous sommes déjà venu en 2010 et 2011. Les travaux titanesques qui avaient été lancés ont été fortement ralentis, voire stoppés par endroits. En effet, il a fallu d’abord restructurer le vignoble en piteux état: « on a du arracher et replanter un tiers du domaine… » confie le régisseur.

Dans le chai à barriques ainsi que sur les bouteilles, tout avait été fait pour rappeler l’histoire de France, avec notamment des reproductions de Napoléon Ier sur les bouteilles, sur les capsules et aussi le Napoléon à cheval peint par David sur les barriques…

D’une manière générale les achats de châteaux par les Chinois se sont traduits par des investissements et un maintien des emplois ou des embauches de personnels permettant de tirer les propriétés vers le haut.

Pour Laurent Gapenne, Président de la Fédération des Grands vins de Bordeaux: « on est ravi que les Chinois continuent de s’intéresser au vignoble bordelais, très heureux de ces investissements, Bordeaux s’est toujours construit avec des gens venant de l’extérieur, ça ne représente toujours qu’entre 1 et 2% des ha de vignes. »

Toutefois parmi tous ces châteaux achetés, une affaire a éclaté courant 2014, certains auraient été acquis avec des fonds publics chinois, une enquête est en cours. Une fois encore, une fois l’orage passé, les ventes reprendront de plus bel. C’est d’ailleurs le cas en 2015, après une brève accalmie en 2014;

le reportage de Jean-Pierre Stahl et Pascal Lécuyer 

Để lại lời nhắn

Điền thông tin vào ô dưới đây hoặc nhấn vào một biểu tượng để đăng nhập:

WordPress.com Logo

Bạn đang bình luận bằng tài khoản WordPress.com Đăng xuất /  Thay đổi )

Twitter picture

Bạn đang bình luận bằng tài khoản Twitter Đăng xuất /  Thay đổi )

Facebook photo

Bạn đang bình luận bằng tài khoản Facebook Đăng xuất /  Thay đổi )

Connecting to %s

Trang web này sử dụng Akismet để lọc thư rác. Tìm hiểu cách xử lý bình luận của bạn.