Les talibans rétablissent la terreur/Taliban tái lập sự sợ hãi,khủng bố-Parismatch

Les talibans rétablissent la terreur

Paris Match |Manon Quérouil-Bruneel 

Les nouveaux maîtres du pays au bureau du président Ashraf Ghani, qui a fui au Tadjikistan le jour même. Le 15 août à Kaboul.

Les nouveaux maîtres du pays au bureau du président Ashraf Ghani, qui a fui au Tadjikistan le jour même. Le 15 août à Kaboul.Zabi Karimi/AP/SIPAVoir le diaporama(6)

La prise éclair de Kaboul a stupéfié le monde. Le retour des islamistes radicaux à la tête de l’Afghanistan était pourtant une catastrophe annoncée. Chassés en 2001, les talibans attendaient leur heure. La déliquescence du pouvoir central et la faillite de l’armée afghane leur ont laissé le champ libre. Une partie de la population, désespérée, tente l’exil. L’autre se prépare à subir de nouveau le joug de la charia. Les femmes savent déjà qu’elles seront les premières victimes de l’obscurantisme.

Le bain de sang tant redouté n’a pas eu lieu. Mais la terreur, elle, s’est déjà installée. Au soir de la chute de Kaboul, Shimin est partagée entre soulagement et désespoir abyssal. Au téléphone, la juriste chuchote comme si elle craignait qu’à tout moment les talibans ne viennent frapper à sa porte. « Nous nous attendions à un déferlement de hordes sauvages. Pour l’instant, tout est calme. Trop, peut-être… »Lire la suite

La force du désespoir. Hommes, femmes et enfants tentent de franchir le mur d’enceinte de l’aéroport Hamid Karzai, le 16 août à Kaboul.

La force du désespoir. Hommes, femmes et enfants tentent de franchir le mur d’enceinte de l’aéroport Hamid Karzai, le 16 août à Kaboul.Haroon Sabawoon / AFP

Le 10 août au matin, après une nuit de combats dans le district 15 au sud de Kandahar. La deuxième ville du pays, berceau des talibans, tombera trois jours plus tard.

Le 10 août au matin, après une nuit de combats dans le district 15 au sud de Kandahar. La deuxième ville du pays, berceau des talibans, tombera trois jours plus tard.Juan Carlos

Zoohra, 60 ans, tient deux photos de sa fille tuée un mois plus tôt, dit-elle, par les talibans. Le 12 août, dans un camp de fortune pour les Afghans déplacés par le conflit, au parc Shahr-e Naw, à Kaboul.

Zoohra, 60 ans, tient deux photos de sa fille tuée un mois plus tôt, dit-elle, par les talibans. Le 12 août, dans un camp de fortune pour les Afghans déplacés par le conflit, au parc Shahr-e Naw, à Kaboul.PAULA BRONSTEIN / Getty Images via AFP

À Kandahar, le 10 août, peu avant la prise de la ville par les talibans. Sous leur règne précédent, les filles étaient mariées dès 8 ans.

À Kandahar, le 10 août, peu avant la prise de la ville par les talibans. Sous leur règne précédent, les filles étaient mariées dès 8 ans.Juan Carlos

Un taliban monte la garde devant l’aéroport de Kandahar pour empêcher les pillages. Le 14 août.

Un taliban monte la garde devant l’aéroport de Kandahar pour empêcher les pillages. Le 14 août.Juan Carlos

Để lại lời nhắn

Mời bạn điền thông tin vào ô dưới đây hoặc kích vào một biểu tượng để đăng nhập:

WordPress.com Logo

Bạn đang bình luận bằng tài khoản WordPress.com Đăng xuất /  Thay đổi )

Google photo

Bạn đang bình luận bằng tài khoản Google Đăng xuất /  Thay đổi )

Twitter picture

Bạn đang bình luận bằng tài khoản Twitter Đăng xuất /  Thay đổi )

Facebook photo

Bạn đang bình luận bằng tài khoản Facebook Đăng xuất /  Thay đổi )

Connecting to %s

Trang web này sử dụng Akismet để lọc thư rác. Tìm hiểu cách xử lý bình luận của bạn.