Chuyện Hồng Kông: người biểu tình tìm kiếm trong văn phòng liên lạc với Tàu lục địa và bị băng đảng Mafia”Tam Hoàng “tấn công-RFI

Grave affront à Hong Kong: des opposants souillent le bureau de liaison chinois

Par  RFI

le 23-07-2019

media

L’emblème national chinois souillé par de l’encre, au bureau de liaison de Pékin à Hong Kong, le 21 juillet 2019.REUTERS/Edgar Su

À Hong Kong, entre l’opposition et le pouvoir pro-Pékin, le bras de fer continue. Dimanche 21 juillet 2019, quelques heures après la fin de la marche pacifique et pro-démocratie, des manifestants se sont retrouvés devant le bureau de liaison de Pékin à Hong Kong et ont lancé des œufs et de l’encre. De quoi profondément irriter les autorités chinoises.

Avec notre correspondante à Hong Kong, Angélique Forget

Pour Pékin, c’est une humiliation. Le bureau de liaison, qui représente le pouvoir chinois à Hong Kong, a été dégradé. Des faits « absolument intolérables », commente le ministère des Affaires étrangères de la Chine populaire.

Dans la presse chinoise, même condamnations : l’agence de presse officielle Chine nouvelle dénonce des actes qui « menacent la souveraineté nationale et qui contestent l’autorité du gouvernement central ».

► À lire aussi : À Hong Kong, la crise politique révèle le mal-être de la jeunesse

Le symbole est fort : sur le fronton du bureau de liaison, l’emblème national chinois, un médaillon rouge et or représentant la Citée interdite illuminée par les cinq étoiles du drapeau chinois, a été maculé d’encre noire.

Une image que les autorités chinoises ont décidé – c’est rare – de ne pas censurer. Comme si elles voulaient reprendre la main sur la narration de la crise.

Le Quotidien du peuple écrit que cet affront offense le principe « Un pays, deux systèmes ». Or, c’est justement ce principe que les manifestants hongkongais défendent dans la rue depuis début juin.


■ Témoignage

La répression des militants pro-démocratie à Hong Kong a redoublé de violence, lundi. Des hommes soupçonnés d’appartenir aux triades ont agressé de nombreuses personnes à la station de métro de Yuen Long, située près de la frontière avec la Chine. Ryan Lau est le PDG d’une agence de publicité. Resté chez lui toute la journée, il a décidé de se rendre là-bas vers 23 heures. Alors qu’il aidait des militants à fuir, il raconte comment il a été attaqué.

Les hommes en t-shirts blancs, ces gangsters, sont apparus derrière la grille du métro et ils ont commencé à crier. Ils ont cassé la grille et ils sont entrés, armés de bâtons et surtout de barres métalliques. Quand je me suis retourné, j’ai vu deux hommes qui étaient entourés par ces criminels qui les attaquaient violemment avec leurs armes. J’ai essayé de leur venir en aide, mais j’ai été attaqué à mon tour par cinq ou six personnes. Elles m’ont frappé à la tête, au visage et dans le dos, avec leurs barres en métal et en bois, jusqu’à ce que je ne puisse plus tenir debout. À la fin, quelqu’un a crié: “Il va mourir, arrêtez!”, et ils se sont arrêtés. Ce qui s’est passé hier, ce n’était pas une manifestation, c’était une attaque terroriste, menée par un groupe de criminels, qui visait n’importe quel civil. Femmes, enfants, personnes âgées. Ça n’a rien à voir avec ton opinion politique, ou bien quel camp tu soutiens. c’était une attaque terroriste. Donc il fallait s’entraiderRyan Lau, PDG d’une agence de publicité23/07/2019 –

par RFI

Hong Kong sous le choc après des attaques de gangs contre des manifestants

Par  RFI

Publié le 22-07-2019 

media

Des hommes en blanc ont attaqués des manifestants pro-démocratie après la manifestation du dimanche 22 juillet 2019 près de Hong Kong.REUTERS/Tyrone Siu

Carrie Lam, la dirigeante de l’exécutif de Hong Kong, a vivement condamné lundi ce qu’elle a décrit comme une « attaque » contre le bureau de liaison chinois dans la ville, dimanche en marge d’une nouvelle grande manifestation. Elle a jugé d’autre part « choquante » l’attaque menée dimanche par des gangs contre des manifestants.

Avec notre correspondante à Hong Kong,Florence de Changy

Ce lundi, Carrie Lam a présenté ses condoléances mais n’a fait aucune annonce importante. Elle n’a pas non plus remis en cause l’attitude de la police alors que la population est véritablement sous le choc après des attaques de membres des triades.

Ces hommes masqués, et en t-shirts blancs pour la plupart, ont frappé tous les passagers du métro à Yuen Long, une ville très éloignée de l’île de Hong Kong, les accusant de revenir de la marche d’opposition au gouvernement.

Le camp pro-Pékin fortement soupçonné

Il y aurait des dizaines de blessés dont une personne entre la vie et la mort, et une femme enceinte aurait perdu son bébé. Or la police a joué un rôle des plus équivoques. Elle a mis très longtemps à réagir, n’a pas répondu aux appels d’urgence et a même fermé ses bureaux locaux à des gens qui venaient porter plainte.

Si

HK: des triades attaquent les manifestants. Quand les mafias choisissent de défendre les autorités, qu’est ce que ça dit des autorités ?

Autre facteur aggravant, un député du camp pro-Pékin, Junius Ho, a été vu et filmé en train de serrer la main de tous ces membres de gang et en train de leur taper sur l’épaule avec le pouce en l’air après les affrontements. Ce qui semble confirmer que cette violence était commanditée par certains membres du camp pro-Pékin.

►À lire aussi : 

Hong Kong : une nouvelle manifestation dans un contexte tendu

Pour Jean-Philippe Béja, directeur de recherche au CNRS, ces gangs sont très proches de la Chine : « Bien sûr, on n’a aucune certitude puisqu’ils étaient masqués. Mais on a déjà vu dans le passé des gens qui sont plus ou moins liés aux triades, c’est-à-dire aux sociétés secrètes de Hong Kong, [elles-mêmes] liées au bureau de liaison de la République populaire de Chine, venir attaquer les manifestants. C’était arrivé pendant le « mouvement des parapluies » en 2014. On avait vu déjà les gens des triades attaquer les manifestants qui réclamaient l’élection au suffrage universel. »

Để lại lời nhắn

Mời bạn điền thông tin vào ô dưới đây hoặc kích vào một biểu tượng để đăng nhập:

WordPress.com Logo

Bạn đang bình luận bằng tài khoản WordPress.com Đăng xuất /  Thay đổi )

Google photo

Bạn đang bình luận bằng tài khoản Google Đăng xuất /  Thay đổi )

Twitter picture

Bạn đang bình luận bằng tài khoản Twitter Đăng xuất /  Thay đổi )

Facebook photo

Bạn đang bình luận bằng tài khoản Facebook Đăng xuất /  Thay đổi )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.