Khó khăn chống lại sự nghèo đói tại Việt Nam(XHCN)/Au Vietnam, la difficile lutte contre les poches de pauvreté -LINA SANKARI(báo thiên tả L’humanité)

Lina Sankari
LINA SANKARI
JEUDI, 19 AVRIL, 2018
L’HUMANITÉ

Les écarts continuent de se creuser entre riches et pauvres, essentiellement à la campagne. A. Le Bleavec/Sagaphoto

Les écarts continuent de se creuser entre riches et pauvres, essentiellement à la campagne.  khoảng cách giàu nghèo tiếp tục tăng trưởng,nhất là tại vùng nông thôn
A. Le Bleavec/Sagaphoto
 

Classé parmi les pays les plus démunis de la planète en 1990, le Vietnam est parvenu à ramener le taux de pauvreté à moins de 10 %. Il s’emploie désormais à prévenir les risques de rechute parmi les familles qui bénéficient de programmes ciblés.

6,81 % c’est le taux de croissance du Vietnam en 2017, soit son taux le plus élevé en dix ans.
giàu nghèo2

Aux confins du delta du Mékong, au milieu des étroites ruelles non goudronnées de Can Tho, une chanson d’amour populaire trouble le sommeil des habitants qui souhaiteraient profiter des heures où le soleil écrase tout pour se laisser bercer par leur hamac. La dernière maison est celle de Khoi. Il vit dans l’arrondissement de Ninh Kieu avec sa mère, sa femme et ses deux enfants. La famille a quitté les rizières il y a une dizaine d’années en espérant trouver une vie meilleure en ville. Après la rupture d’anévrisme de sa mère, il a fallu se rapprocher des centres de soins. Ils sont arrivés dans le dénuement le plus total. Leurs voisins leur ont cédé le terrain où ils ont construit leur maison. Une modeste pièce en bas qui sert de chambre et de cuisine, et un étage pour l’instant inutilisable. Tous les jours, Be Nam, son épouse, parcourt le quartier, poussant son tricycle, afin de collecter les déchets et les revendre aux usines de recyclage. Grâce à un microcrédit de la ville avec un taux d’intérêt à 0,65 % par mois, elle a obtenu 400 euros afin de se procurer le matériel et se constituer un capital de départ. « Au début, je ramassais tout, même les déchets non recyclables, s’amuse-t-elle, avec le temps, j’ai appris. »

Giàu nghèo1

La moitié des foyers pauvres formés par les ethnies minoritaires

Trente-deux ans après le début du Doi Moi, la politique de renouveau initiée en 1986, le Vietnam est parvenu à réduire la pauvreté de façon conséquente. Pour pallier la montée des inégalités et l’augmentation du coût de la vie, le pays a mis en place une redistribution budgétaire des régions les plus riches vers les plus défavorisées et d’aide financière ciblée pour les foyers dans le besoin. « Durant de longues années, le Vietnam a déployé de grands efforts pour éliminer la famine et réduire la pauvreté. Le pays a réalisé les Objectifs de développement du millénaire. Les chiffres le confirment : le pourcentage de foyers pauvres a été ramené de 89 % en 1993 à 8-9 % en 2016 », soutient Hoang Binh Quan, le président de la commission centrale des relations extérieures du Parti communiste du Vietnam (PCV). L’Organisation des Nations unies a en effet classé le Vietnam dans la liste des pays dont les résultats en termes de lutte contre la pauvreté sont les plus spectaculaires. Malgré ces chiffres significatifs, les écarts continuent de se creuser entre riches et pauvres, essentiellement à la campagne, dans les montagnes et régions reculées. La moitié des foyers pauvres du pays proviennent ainsi des ethnies minoritaires. Mais, selon un rapport de la Banque mondiale publié le 5 avril, la politique d’encouragement à la plantation d’arbres agricoles permettrait d’aider les ethnies minoritaires (représentant environ 72 % de la totalité des personnes démunies) à augmenter leurs revenus et à réduire la pauvreté de 31 %, soit le taux le plus élevé de ces dix dernières années. Toutefois, selon le ministère du Plan et de l’Investissement, « les résultats des mesures prises ne sont pas durables. Plusieurs familles risquent de retomber dans la pauvreté ».

giàu nghèo3

C’est le cas de la famille de Khoi. Lorsque sa mère retombe malade, sa femme s’arrête de travailler pour s’en occuper et n’est donc pas en capacité de rembourser son crédit tous les mois malgré un revenu de 500 000 dongs par jour (près de 18 euros). Son mari, également sujet aux maladies chroniques, a aussi dû retourner apprendre après avoir longtemps été homme à tout faire sur les chantiers. Il a suivi une formation de maçon dispensée par la ville, afin d’élever ses revenus. Il gagne aujourd’hui 180 000 dongs par jour (un peu plus de 6 euros). Pour arrondir les fins de mois, il effectue des heures de ménage ou vend des fleurs. Leurs frais d’électricité sont également pris en charge par la municipalité, l’assurance-maladie et les frais de scolarité par l’État.

450 programmes d’aide et des prêts à taux préférentiels

Leur situation sociale est ainsi réexaminée tous les ans. « Notre ville applique le plan national 2016-2020 de lutte contre la pauvreté. Fin 2017, nous avions mis sur pied 450 programmes différents liés à l’élevage, la culture des arbres fruitiers, au commerce ou à l’artisanat, permettant à la population de sortir de la pauvreté. Plus de 1 800 familles ont participé », se félicite Nguyen Thanh Vung, le directeur adjoint des affaires sociales de Can Tho.

La municipalité estime le taux d’échec de ses programmes de sorties de la pauvreté à environ 10 %. La quatrième ville du Vietnam est par ailleurs relayée par une banque de développement qui accorde des prêts à des taux préférentiels alors que les crédits sont généralement élevés au Vietnam. Ces aides sont bienvenues pour des familles qui se tournaient jusqu’alors en masse vers le crédit informel et les prêteurs privés faute de mieux. Nombre de foyers pauvres se sont ainsi endettés pour survivre. Selon Nguyen Thanh Vung, « nous ne mettons aucune pression pour le remboursement. On donne généralement une deuxième chance en cas d’échec et essayons de comprendre ce qui n’a pas marché, y compris de notre côté ». Un des derniers points noirs de l’économie vietnamienne réside enfin dans la persistance d’une importante économie parallèle. Le pays compterait encore un travailleur sur quatre dans le secteur informel.

Để lại lời nhắn

Mời bạn điền thông tin vào ô dưới đây hoặc kích vào một biểu tượng để đăng nhập:

WordPress.com Logo

Bạn đang bình luận bằng tài khoản WordPress.com Đăng xuất /  Thay đổi )

Google+ photo

Bạn đang bình luận bằng tài khoản Google+ Đăng xuất /  Thay đổi )

Twitter picture

Bạn đang bình luận bằng tài khoản Twitter Đăng xuất /  Thay đổi )

Facebook photo

Bạn đang bình luận bằng tài khoản Facebook Đăng xuất /  Thay đổi )

w

Connecting to %s