Cựu Tờ Tờ Pháp Nicolas Sarkozy bị điều tra về chuyện nhận hối lộ của lãnh tụ độc tài Libya Mouammar Kadhafi đã bị giết do “quân nổi dậy'(ngôn ngữ Hoàng Phủ Ngọc Tường) .

đọc12

Nicolas Sarkozy mis en examen et placé sous contrôle judiciaire

mediaNicolas Sarkozy quitte les locaux de la police judiciaire de Nanterre, ce mercredi soir, 21 mars, après sa mise en examen.REUTERS/Stephane Mahe

C’est une petite bombe dans le milieu politique français : l’ancien président Nicolas Sarkozy a été mis en examen ce mercredi 21 mars. Il avait été placé en garde à vue mardi matin à 8h par l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales. La justice enquête sur le financement de sa campagne de 2007, celle qui l’a mené à l’Elysée. La garde à vue a donc été levée un peu après 19h et l’ancien président a été présenté à un juge.

Cette mise en examen intervient cinq ans après l’ouverture de l’enquête dite des « financements libyens ». Nicolas Sarkozy, entendu pour la première fois dans ce dossier, n’a semble-t-il pas convaincu le juge puisque ce dernier a estimé qu’il disposait de suffisamment d’indices graves et concordants pour inculper l’ancien chef de l’Etat. Il est donc mis en examen pour financement illégal de campagne électorale, corruption passive et recel de fonds publics libyens.

En cause, le financement d’une partie de sa campagne électorale – victorieuse – de 2007 avec de l’argent venu de Libye, dirigée à l’époque par Mouammar Kadhafi. Pour Nicolas Sarkozy, c’est la troisième fois qu’il est mis en examen dans une affaire politico-judiciaire en cours, mais cette fois les juges ont assorti cette inculpation d’une mise sous contrôle judiciaire.

Une mesure restrictive qui permet notamment au juge d’interdire au suspect Nicolas Sarkozy d’entrer en contact avec certaines personnes ou encore de quitter un périmètre délimité. De son côté, Nicolas Sarkozy, présumé innocent et qui a toujours rejeté ces accusations, continuait de nier mercredi soir.

Les relations Sarkozy-Kadhafi

Kadaffi

En 2007, Nicolas Sarkozy et Mouammar Kadhafi entretenaient des relations chaleureuses. La première rencontre entre les deux hommes remonte à 2005. Le ministre français de l’Intérieur de l’époque se rend en Libye pour discuter de la lutte contre l’immigration clandestine. La Libye – accusée pendant des années de soutien au terrorisme – commence alors tout juste à sortir de son isolement sur la scène internationale.

Deux ans plus tard, Nicolas Sarkozy est élu président. Selon le site d’information Mediapart, Kadhafi l’appelle personnellement pour le féliciter. Cécilia Sarkozy se rend alors en Libye et obtient la libération des infirmières bulgares. C’est un succès diplomatique. Couronné par une visite en grande pompe du dictateur libyen à Paris. Une visite officielle symbole de la réhabilitation du guide de la révolution.

Mais la lune de miel sera de courte durée. Vient le printemps arabe. Le régime libyen s’écroule. Et la France commence à lâcher son ancien allié. C’est alors que Mouammar Kadhafi affirme avoir aidé Nicolas Sarkozy : « Je lui ai donné de l’argent avant qu’il ne devienne président, révèle-t-il. Il m’a rendu visite dans ma tente quand il était ministre de l’Intérieur et m’a demandé de l’aide », affirme le leader libyen. Sept mois plus tard, le régime de Kadhafi tombe et le dictateur est tué.

 

THE CANADIAN PRESS:

FORMER PRESIDENT N. SARKOZY

PARIS — Former French president Nicolas Sarkozy was placed in custody on Tuesday as part of an investigation into allegations he received millions of euros in illegal campaign financing from the regime of the late Libyan leader Moammar Gadhafi.

A judicial source with direct knowledge of the case told The Associated Press that Sarkozy was being held at the Nanterre police station, north-west of Paris. The person spoke on condition of anonymity because he was not authorized to discuss the matter publicly.

Sarkozy has vehemently and repeatedly denied wrongdoing in the case, which involves funding for his winning 2007 presidential campaign.

Though an investigation has been underway since 2013, the case gained traction some three years later when French-Lebanese businessman Ziad Takieddine told the online investigative site, Mediapart, that he delivered suitcases from Libya containing 5 million euros ($6.2 million) in cash to Sarkozy and his former chief of staff Claude Gueant.

A lawyer for Sarkozy, 63, did not immediately respond to a message from the AP seeking comment.

Kadaffi chết

Để lại lời nhắn

Mời bạn điền thông tin vào ô dưới đây hoặc kích vào một biểu tượng để đăng nhập:

WordPress.com Logo

Bạn đang bình luận bằng tài khoản WordPress.com Đăng xuất /  Thay đổi )

Google+ photo

Bạn đang bình luận bằng tài khoản Google+ Đăng xuất /  Thay đổi )

Twitter picture

Bạn đang bình luận bằng tài khoản Twitter Đăng xuất /  Thay đổi )

Facebook photo

Bạn đang bình luận bằng tài khoản Facebook Đăng xuất /  Thay đổi )

Connecting to %s